dimanche 8 novembre 2015

Le vote FN entre "géographie immobile" nationale et dynamique locale

Que disent les cartes sur la géographie et la dynamique des votes FN depuis 2012 et en 2015 ?

Derrière la "géographie immobile" du vote FN ...

Cette première carte du niveau des votes FN en % aux dernières élections départementales de 2015, confirme ce que Hervé Le Bras a appelé la "géographie immobile" du vote FN (Le pari FN, 2015)


Carte 1 : Score du Front national en % de suffrages exprimés au 1er tour des élections départementales 2015 (10 "classes discrètes", de 42,26% à 0%)

On y retouve, au plan national, certaines "constantes" à la fois dans les zones de fort vote FN (Est, Nord, littoral méditerranéen, sillon rhodanien et vallée de la Garonne). D'autres régions paraissent préservées : le sud-ouest du Massif central, les Pyrénnées occidentales, les parties centrales des grandes métropoles (Paris et Lyon, mais pas Marseille) et, surtout, un large Grand Ouest.
Mais la maille (unités spatiales) de la carte est celle des circonscriptions législatives, sans doute pour pouvoir mieux faire la comparaison avec le vote FN aux législatives de 2012
Du coup, elle n'est pas assez fine pour rendre compte des différences locales qui sont pourtant réelles. Pour cela, il faudrait cartographier ce vote au plan communal (voir carte 3).


... une dynamique locale différenciée

Carte 2



Carte 2 : Ratio entre le nombre de voix obtenues par le FN au premier tour des élections départementales 2015 et le premier tour des élections législatives 2012.

Cette carte 2 cherche à visualiser la dynamique du vote FN avec comme références, les élections législatives de 2012 et les élections départementales de 2015, toujours dans le cadre des circonscriptions léglislatives qui n'est pas la meilleure.
Peu importe : avec 5 "classes discrètes" de la Ratio FN D15/L12 des progressions en voix (de 2,97% à 0,1%) montre une dynamique très différente, sinon inverse, du tableau de la géographie immobile du FN.
Certes il progresse encore beaucoup dans certaines régions déja acquises (le Pas de Calais, l'est, les Landes), mais c'est surtout dans le Grand Ouest que cette progression est spectaculaire.
On ne peut plus s'y réfugier derrière l'idée que "c'est moins pire qu'ailleurs", car le rattrapage est en cours sous le soi-disant "plafond de verre" qui pourrait bien être brisé.
Dans l'Ouest, cette dynamique locale est différenciée, et il est indispensable de l'envisager à l'échelle des communes.
J'ai tenté récemment une telle approche dans le département de Loire Atlantique, et plus précisément dans le périurbain du nord estuaire ligérien (http://jym44.blogspot.fr/2015/03/le-vote-fn-aux-departementales-2015-les.html). Depuis, diverses analyses se sont ajoutées

Carte 3




Carte 3 : % des voix FN aux élections départementales de 2015 dans les 21 communes des trois communautés de Loire et Sillon, Pays de Blain et Pays de Pontchâteau et St-Gildas des Bois.


A l'échelle des communes il apparaît que le vote FN est moindre dans les villes centres, chefs lieux des communautés de communes (Savenay, Pontchâteau et Blain), où il ne dépasse pas les 18%, que dans les communes périphériques, moyennes ou petites, comme Malville, Prinquiau, Bouée et Quilly en Loire et Sillon; La Chevaleraie en Pays de Blain; et Guenrouët, Severac, Missillac et Dréfféac en Pays de Pontachâteau.
Ce qui viendrait plutôt étayer notre obervation selon laquelle on y vote d’autant plus FN qu’on réside aux limites du département; dans le pourtour des agglomérations, hors de leur communauté urbaine; et dans les marges des intercommunalités, à l’écart de leur ville centre et chef lieu. N’est-ce pas là alors l’un des signes, parmi d’autres, d’une sorte de rébellion électorale des périphéries contre leur(s) centralité(s) respective(s) : départementale, métropolitaine et/ou intercommunale ?

Les prochaines élections régionales donneront, à n'en pas douter, des élements supplémentaires à ce sujet.


Sources et note :

Source des cartes 1 et 2 : Yves-Marie Cann* URL  http://www.atlantico.fr/rdv/politico-scanner/vers-nouvelle-geographie-electorale-que-revele-forte-poussee-vote-fn-dans-nord-ouest-et-facade-atlantique-yves-marie-cann-2410454.html#VAmHqrhXLQmLyXMt.99

*Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA.Twitter : @yvesmariecann

1 commentaire:

  1. Je suis d'accord avec vous concernant la progression du F.N dans les communes périphériques des grand centres urbains, mais je n'ai pas la même analyse, ni le même constat. Pour moi même s'il existe un vote "rébellion", le motif premier en est la désertification, l'abandon, de tous ces petites et moyennes communes, par "l'Etat", entité politique au sens large du terme (englobant toutes formes d'administrations qu'elles soient : nationale, régionale, départementale).
    Notamment par le levier de réorganisation qui a entrainé, la disparition de tous les services administratifs, y compris "la Poste" même si cette dernière est en partie privatisée. et Services de sécurité : la Gendarmerie, et Sapeurs Pompiers (les deux n'ayant plus un maillage "communal", mais au pire régional, au mieux départemental. Exemple : le CODIS pour la sécurité civile (Sapeurs Pompiers) En cas de secours urgent, votre appel aura à passer au moins 2 échelons intermédiaires avant d'arriver au centre de secours qui sera dépêché sur place. D'où perte de quelques minutes... parfois cruciales, même si nos élites ont décidé que ce serait plus efficient.

    Pour la Gendarmerie idem. Cela en devient même étrange... la nuit. Appelez (quand vous êtes en milieu rural) à 23h "votre gendarmerie", et vous tomberez immanquablement sur un correspondant "régionalisé" par exemple depuis la Nièvre profonde. Vous tomberez sur un gendarme de "garde" cantonné à...Orléans, qui fera part de votre appel à un gendarme d'astreinte à : Nevers, ou à Cosne sur Loire, ou à Château-Chinon, ou à Clamecy (suivant le cas) qui lui donnera l'ordre d'intervenir ...ou pas !, à votre gendarmerie : par exemple celle de Donzy, si vous êtes dans son secteur. En effet...et par exemple, il n'y a plus de gendarmerie de proximité à Châteauneuf-Val de Bargis...

    Donc comme je vous le dit, il n'y a plus ; pour raisons "économiques", de services de proximité... Liquidés à tort me semble t-il. D'où préjudice moral, avéré. Surtout pour les personnes âgées (en grand nombre). C'est une lapalissade de dire,en effet, que les jeunes (en masse), n'ayant aucun avenir d'assuré dans ces contrées ont "immigrés" vers les grandes agglomérations...Où "l'herbe est plus verte" pour eux. Ce préjudice entraînant in fine... Ce fameux vote rebellion F.N car puisque on nous laisse tomber, pourquoi continuer à voter pour des "politiques" de Droite ou de Gauche, qui se foutent de nous...Mais pas de leurs propres intérêts.

    RépondreSupprimer