dimanche 4 octobre 2015

Quelle consolation pour toutes nos pertes subies ? Une réflexion philosophique

Après la parution en 2012, de son livre « Après la fin du monde, critique de la raison apocalyptique », le philosophe Michaël Foessel publie cette semaine, le 8 octobre, une réflexion opportune, entre intime et politique, sur la consolation. Attention philo, mais si nécessaire et utile ! Quelques brefs extraits d’un entretien au JDD de ce jour, pp.40-41, qui donne envie d’aller plus loin. Où il est question de consolation, de mélancolie patrimoniale, d’avenir, de résilience, d’intimité, d’altérité et de politique.

JDD - La consolation est un concept philosophique et, en même temps, la philosophie moderne, celle qui commence avec Descartes, renonce à consoler.
MF – La philosophie moderne est influencée par le modèle de la science. Comme les mathématiques ou la physique, elle a l’ambition de produire un savoir objectif. Son but n’est pas de consoler mais de permettre aux hommes de connaître le monde et de le transformer. Dans cette veine, Marx parlera de la consolation religieuse comme de « l’opium du peuple » : une manière de rendre supportable l’insupportable (en particulier les inégalités sociales). Je retiens une partie de cette critique car je ne pense pas que la philosophie console de quoi que ce soit (…)

JDD - Vous dites : « le fait de n’être pas réconcilié avec son passé est la seule possibilité d’avoir un avenir. »
MF - Par cette phrase, je vise cette espèce de mélancolie qui consiste à s’accrocher au passé. Cette mélancolie est à l’œuvre dans le devenir patrimonial des sociétés occidentales, le fait d’ériger ou de restaurer partout des monuments de notre grandeur passée (…) Mon livre essaie de tracer une autre voie, celle de la consolation de ce qui a été perdu et ne reviendra pas (la Grande nation, l’Europe dominatrice), mais sans oublier pour autant que nous avons quelque chose d’inédit à inventer. C’est justement l’acte du consolateur : convaincre autrui que quelque chose est possible malgré la tristesse. L’avenir suppose que tout n’est pas déjà écrit dans le passé, soit sous la figure de la gloire, soit sous la figure de la plainte (…).

JDD La consolation n’est pas un divertissement.
MF – J’ai écrit le temps de la consolation contre les impératifs de la résilience qui posent que la perte n’est qu’un mauvais moment à passer. Le chagrin ne relève pas seulement d’une thérapie, car il n’est pas le symptôme d’une maladie.

JDDLa tristesse remet en question l’ordre établi.
MF – J’ai voulu aussi montrer que la politique se joue aussi dans des questions intimes. Le thème de la consolation implique l’altérité, et il y a là une dimension politique car c’est toujours au nom de quelque chose que l’on console autrui : au nom de l’avenir, de la justice ou de la liberté. La politique ne se limite pas à des institutions ou à des enjeux de pouvoir. Elle commence à chaque fois que l’on se demande comment agir avec les autres. Cela vaut particulièrement dans les périodes de détresse.


Michaël Foessel, Le Temps de la consolation, Ed. Seuil, 2015, 300 p., 22€.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire