lundi 1 juin 2015

Un désir de Loire

Les points forts de la Journée citoyenne du 30 mai pour la commission du débat Nantes Loire

Le samedi 30 mai, ce sont environ 400 citoyens qui se sont réunis sur 5 sites à Nantes, Couëron, Saint-Sébastien-sur-Loire et Rezé. De 9H30 à 17h30, les participants ont débattu des 4 thèmes selon la méthode World Wide View. Les 400 citoyens « profanes » ont reçu un livret d’information résumant les différentes thématiques en s’appuyant sur l’ensemble des contributions déjà portées au débat.
La journée était divisée en 6 séquences : une 1ère accompagnée de questions générales sur la Loire, puis une séquence par thème, chacune commençant par une vidéo d’introduction, et enfin une dernière séquence d’évaluation finale. Chaque séquence comprenait une lecture individuelle des questions, des discussions collectives et des réponses individuelles aux questions.
A 16h30, les 1ers résultats des 1ères séquences étaient projetés sur chaque site, puis la commission s'est réunie afin de produire une rapport final, analysant toutes les contributions de la journée.
La commission du débat a pris connaissance des résultats de la journée citoyenne au fur et mesure du déroulement de cette consultation et souhaite partager ses appréciations « à chaud » pour accompagner la lecture de ce rapport (extrait)

Ce que la commission du débat retient de la consultation des citoyens de d'agglomération :


1 - Quelques surprises

• La première surprise, très positive, c’est la qualité de l’engagement des citoyens et leur mobilisation, bénévolement, sur la journée entière. Le taux de 70 % de participants effectifs (par rapport au nombre d’inscrits initial) est conforme à ce type de démarche citoyenne.
• La seconde surprise, ce sont des résultats qui nuancent certaines contributions et points de vue formulés par les acteurs au cours du débat. A titre d'exemple, une moindre appétence pour des solutions type « franchissements intermittents ». Cela confirme la nécessité d'une consultation de citoyens non impliqués dans le débat pour ré-équilibrer les positions des experts et des acteurs fortement contributeurs.
• Cette consultation ne constitue pas une conclusion en soi : elle ne donne pas toutes les réponses à des questions restant en suspens, pour trancher des dilemmes et des enjeux (débat sur la question de franchissement) . Il s'agit bien de prendre les résultats comme complémentaires aux autres enseignements issus des différentes formes du débat. Néanmoins, cette journée permet de déceler une priorisation des attentes et des représentations des citoyens consultés.

2 - Confirmation de tendances exprimées au cours du débat :

o Une forte envie de réappropriation de la Loire, et la demande d’accès à la Loire, le fleuve et ses berges.
o La Loire vue et vécue aujourd'hui comme « délaissée », cela provoque une prise de conscience d’un potentiel avec lequel renouer. Il y a un souhait profond de sortir d’un temps de « creux », de « jachère » vis-à-vis de la Loire.

3 - Les points saillants pour la Commission :

o Une réelle envie de Loire fondée sur un rapport affectif et sensible plus qu'informatif: un faible attrait exprimé pour une connaissance approfondie de la Loire.
o La Loire comme une « passion contrariée », une vision idéalisée d’un fleuve évanoui. Cela se traduit par exemple par une relative ignorance des risques d’inondation et de pollution chimique et la dangerosité du fleuve, et des contraintes.
o Re-découverte de la Loire et de son potentiel, sans forcément de connaissances, pratiques, mémoires. A corréler peut-être au renouvellement des populations du territoire, de générations qui n’ont pas connu les chantiers navals.
o Une vision qui n’est pas passéiste ni nostalgique, qui appelle modernité et envie d'innovation.
o La nécessité de prendre la question de l’état écologique de la Loire à une échelle plus large que l’agglomération (amont et aval)
o Le besoin de rééquilibrage Nord / Sud dans les projets urbains
o La Loire attendue comme colonne vertébrale de l'agglomération, pour plus de cohérence et de continuité.
o Les aménagements des rives de Loire attendus comme marqueurs forts des paysages actuels et futurs
o Une forte vigilance à ce que la Loire reste un « bien public », qui ne peut pas être privatisée. En conséquence, la Loire redevient donc un bien commun sur lequel les gens revendiquent l'expression de leurs envies et de leurs souhaits.

Enfin, les participants expriment une forte attente d’efficacité, de sobriété et de pragmatisme dans les solutions à imaginer face aux questions évoquées dans les quatre thèmes.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire