mardi 24 février 2015

Etre altermarxiste et géographe radical avec Henri Lefebvre aujourd'hui

Sous la direction d'Hugues Lethierry, philosophe et pédagogue lyonnais, vient de paraître un nouveau livre collectif, auquel j’ai participé, faisant suite à « Sauve qui peut la ville » (2011). Question clé : comment être aujourd'hui "altermarxiste" - marxiste autrement – et géographe critique radical, dans le prolongement de l'œuvre d'Henri Lefebvre (1901-1991), philosophe, sociologue, urbaniste... Agir avec Lefebvre : non seulement en interprétant le monde, mais pour contribuer à le changer.

Un "altermarxisme" de notre temps


Henri Lefebvre, enseignant en sociologie à Nanterre - présenté parfois comme le père présumé de 68 - est aujourd'hui plus connu aux États-Unis, au Brésil, ailleurs dans le monde, qu'en France où il a été durablement exclu du PCF et marginalisé dans l'université et les milieux académiques. Anomalie que ce livre, avec quelques autres, s'emploie à corriger.

Henri Lefebvre est issu de la mouvance surréaliste. Communiste singulier, après avoir combattu le stalinisme, il traverse le situationnisme. Il côtoie Politzer, Lukacs, et sur le plan théorique Gramsci, Rosa Luxemburg, polémique avec Garaudy, Sartre, Althusser. Il renouvelle le marxisme. Son petit livre "Le marxisme" - qui en est à sa 23ème édition depuis sa parution en 1948 - dépasse à ce jour les 300.000 exemplaires, record absolu des Que-Sais-Je ? (PUF). Remarquons qu’en 2015, et pour la première fois, des ouvrages de Marx sont au programme de l'agrégation de philosophie.

L’essai se met à portée du lecteur. A travers Henri Lefebvre il fournit des repères dans la lutte pour sauver la vie et la ville, contre la barbarie qui menace. Sa lecture aide à comprendre les liens entre options politiques et philosophiques ainsi que les directions dans lesquelles s'orientent aujourd'hui recherches et mouvements "altermarxistes" sur les différents continents. Destiné à un vaste public de "spectateurs engagés"  : étudiants, enseignants, travailleurs sociaux, s’il demande un effort de lecture, on n'y trouve cependant aucun jargon inutile ni discussion d’intellectuels de salon.

Une géographie critique et radicale de notre monde

En 2015, il devient de plus en plus difficile d’éviter la case Lefebvre. Une femme, un honnête homme du XXIe siècle - qu'il soit citoyen, militant, étudiant, enseignant – trouvera chez Lefebvre des clés pour l'intelligibilité du monde et des outils pour les pratiques émancipatrices. L’ouvrage s’intéresse dans sa troisième partie (L’espace monde) à l’essaimage et la réception des idées d’Henri Lefebvre dans le monde, notamment aux États-Unis (S.Sangla), en Asie (J.Dietrich) et au Brésil (J-Y Martin).

Selon son préfacier, l’urbaniste Thierry Paquot, le livre « offre plusieurs grilles de lecture pour une œuvre qui n’a pas encore dit son dernier mot », et « qui conforte l’anti-dogmatisme d’Henri Lefebvre ». Les auteurs, en empathie avec Lefebvre - mais nullement complaisants, comme le montre la postface incisive de J-P. Garnier – mettent en évidence un large éventail de thèmes qu’il a souvent abordé en pionnier : la production de l’espace, la révolution urbaine, le droit à la ville et à sa centralité, la critique de la vie quotidienne, le technocratisme, la rythmanalyse des moments, les nouvelles raretés environnementales… C’est dire si Henri Lefebvre n’a pas fini de nous inspirer, et que nous sommes très loin d’en avoir terminé avec son œuvre foisonnante et féconde.

Voir le sommaire complet :  SOMMAIRE 

Hugues Lethierry, "Agir avec Lefebvre, Altermarxiste ? Géographe radical ?"
Préface de Thierry Paquot, postface de Jean-Pierre Garnier
Date de parution : 24 février 2015
Éditeur : Chronique sociale (Lyon), Coll. Savoir penser.
Prix : 16,50 €
ISBN : 978-2-36717-112-8

Flyer bulletin de commande à l'éditeur Chronique sociale à Lyon



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire