samedi 31 janvier 2015

Du nouveau sur l’histoire des « guerres de Staline » 1939-1953

Une lecture au long cours (546 pages !) pour cette traduction courageuse d'un gros ouvrage, fouillé et méticuleux, à l’anglo-saxonne, avec cartes, bibliographie, chronologie, et index... Une histoire tout autant diplomatique que militaire, largement renouvelée. Sur les faits - déjà connus, pour l'essentiel - il me remet immanquablement en mémoire les cours du professeur Jean-Baptiste Duroselle sur les relations internationales de 1919 à 1945 que j'ai suivis à la Sorbonne, à la fin des années 1960.

Aucun révisionnisme pro-stalinien chez l'auteur irlandais, bien évidemment. Par contre l'historiographie du sujet - questionnement et interprétations - en sort profondément renouvelée à partir d’une ample bibliographie et de nombreuses archives nouvelles, variées, notamment russes mais pas seulement, publiées depuis la chute de l'URSS en 1991.

Au total, un livre passionnant, et qui nous change tellement des publications françaises, calées sur un antisoviétisme primaire - dans la veine Furet, Courtois, Werth fils - tournant en boucle autour du "dictateur rouge" et ses crimes. Avec des clichés et lieux communs hérités et colportés, c’est démontré, du Rapport Khrouchtchev de 1956 ! Décidément, la preuve en est faite,  de moins en moins à la hauteur des réalités de la Seconde guerre mondiale ("Grande guerre patriotique" pour les Soviétiques) et Guerre froide, examinées ici, telle une épopée, et dans leur continuité, de 1939 à 1953.



Geoffrey Roberts, Les guerres de Staline, de la guerre mondiale à la guerre froide, 1939-1953, Ed. Delga, 2014, 546 pages, 30 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire