lundi 29 septembre 2014

"La France périphérique" de Christophe Guilluy

Comment on a sacrifié les classes populaires ?

Dans ce nouvel essai, C.Guilluy, auteur de Fractures françaises en 2010, analyse cette fois les effets socio-territoriaux et politiques de la métropolisation. Elle sacrifie les classes populaires qui sont reléguées dans la France périphérique, celle des banlieues certes, mais surtout celle des espaces ruraux périurbains. 
Mais les premiers signes d’une reterritorialisation au Village apparaissent, selon des modalités diverses, à base d’autochtonie. Une interpellation pour tous les partis politiques qui doivent se recomposer ou mourir. Un essai qui contribue à éclairer cette France populaire des invisibles et des sacrifiés de la métropolisation.


Christophe Guilluy est géographe. Il est l'auteur, avec Christophe Noyé, de l'Atlas des nouvelles fractures sociales en France (Autrement, 2004) et d'un premier essai remarqué, Fractures françaises (Champs-Flammarion, 2013).

Dans ce nouvel essai polémique et percutant, Christophe Guilluy dresse un diagnostic sans complaisance de notre pays, et esquisse les contours d'une contre-société à venir...
Désormais, deux France s'ignorent et se font face : la France des métropoles, brillante vitrine de la mondialisation heureuse, où cohabitent cadres et immigrés, et la France périphérique des petites et moyennes villes, des zones rurales éloignées des bassins d'emplois les plus dynamiques. De cette dernière, qui concentre 60 % de la population française, personne ne parle jamais. Laissée pour compte, volontiers méprisée, cette France-là est désormais associée à la précarité sociale et au vote Front national.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi a-t-on sacrifié les classes populaires sur l'autel d'une mondialisation volontiers communautariste et inégalitaire, aux antipodes des valeurs dont se réclame la classe politique ? Comment cette France populaire peut-elle changer la donne, et regagner la place qui est la sienne, la première ?

 

Christophe Guilluy, La France Périphérique, Comment on a sacrifié les classes populaires

Ed. Flammarion, septembre 2014, 18 €.


Pour lire une analyse plus poussée
_________________________________________________ Egalement publié dans les Nouvelles de Loire Atlantique, n°986 du 23 octobre 2014, page 6.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire