dimanche 17 août 2014

Smart cities, une analyse critique de la "ville intelligente"

Par Antoine Picon

Qu’est-ce que la smart city, dite aussi "ville intelligente " ? Une appellation en vogue, certes, mais non sans ambiguïtés et écueils lorsque l’on cherche à préciser le contenu d’une notion aussi séduisante que floue, prévient l’auteur docteur en histoire, architecte et ingénieur. Elle se caractérise d’abord par l’usage intensif des technologies de l’information et de la communication (TIC) indique-t-il . Selon lui « elle passe par le développement des contenus électroniques et leur hybridation croissante avec le monde physique » souvent qualifiée de "réalité augmentée". On prétend ainsi y concilier qualité de vie urbaine et développement durable au moyen d’une gestion fine des ressources et des infrastructures techniques. Si elle s’enracine dans un certain nombre de réalités qui pourraient laisser supposer qu’elle existe autour de nous, elle semble se dérober à l’analyse à la manière du point à l’infini d’une perspective. Lire la suite

Sommaire :
- De la "ville intelligente" à la "ville événement"
- La ville-cyborg : surveiller et punir
- Smart city : aliénation ou émancipation ?
- Smart cartographie numérique à l’heure du GPS

Centre opérationnel de la ville de Rio de Janeiro
En conclusion l’auteur souligne certaines limites (écologiques, sécuritaires, économiques et inégalitaires) de "l’intelligence" des smart cities qui lui semblent figées dans une jeunesse sans âge. « Comment faire pour sortir de ce cercle à la fois enchanté et vicieux ? Comment faire vieillir les villes intelligentes ? Il devient urgent de se poser la question », dit-il.

Une interpellation bien portée par ce petit livre (120 pages) – un peu cher - d’une grande intensité, qui demande lecture, exige réflexion et suscite le débat.

- Antoine Picon, «  Smart cities, théorie et critique d’un idéal autoréalisateur  », Editions B2, 2013, 120

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire