samedi 19 avril 2014

Loire et Sillon : cohabitation hyperconsensuelle dans l’exécutif communautaire

L’élection du bureau communautaire de la Communauté de communes de Loire et Sillon CCLS, le jeudi 17 avril à la salle Équinoxe de Savenay, n’a guère laissé de place aux surprises. Dans une interminable soirée, lassant un(e) à un(e) les délégué(e)s, placée de bout en bout sous le signe du consensus et de la cohabitation, aucune ombre de clivage gauche/droite n’est venu assombrir la cohabitation consensuelle. Pour l’instant, le "fléchage" des élu(e)s communautaires et la parité des listes communales n’y ont pas (encore ?) changé grand-chose.

Le président sortant, Alain Chauveau - qui se disait "partant", avant les Municipales - a été finalement représenté et réélu. L’absence opportune du doyen de l’assemblée - seul délégué de droite de la commune de la Chapelle Launay, suppléé par un élu de gauche - lui a valu de présider, d’entrée, toute la soirée.
Son seul adversaire aux deux tours nécessaires à sa réélection, fut un élu de droite de Malville, B.Marot. L’introuvable "gauche communautaire" n’a pas pu ni voulu lui opposer un adversaire. Par contre, lorsqu’il s’est agi des vice-présidents, aucune candidature n’a manqué à l’appel, la priorité des priorités étant donnée aux huit maires des huit communes.
L’exécutif que constitue le bureau apparaît donc plus que jamais comme un club des maires, seules les trois plus grosses communes, Savenay, Malville et Campbon ayant droit à des vice-présidents supplémentaires. Résultat ? Un petit comité choisi qui siègera de nouveau discrètement, à huis-clos : or, c’est lui qui décide de toutes les orientations et de tous les projets de la communauté de communes, les fait ensuite avaliser par les commissions ad hoc, avant qu’ils soient entérinés par le conseil communautaire, réduit au rôle de simple chambre d’enregistrement et fonctionnant, dans la très grande majorité des cas, à la quasi unanimité.
Aussitôt réélu, le président y est allé de son petit discours, aussi creux que consensuel  : « Une nouvelle ère s'ouvre pour notre intercommunalité dont les missions et les compétences seront en évolution (…) Je m'y engage, animé de la conviction que seul le rassemblement est porteur de résultats, que la solidarité servira notre projet commun et que la cohésion sera notre force ». La continuité sans changement, ou on prend les mêmes et on recommence, pour que tout change, mais sans que, surtout, rien ne bouge !
Alors que les enjeux communautaires ont été quasi totalement absents des campagnes et scrutins communaux – laissant ainsi libre cours aux combats des chefs et aux querelles des egos au pied des clochers communaux, que ce soit à droite comme à Malville ou à gauche comme à Savenay – le prochain mandat communautaire (2014-2020) – s’annonce pourtant comme très mouvementé : fusions annoncées de communautés de communes voisines ; baisse des dotations d’Etat aux collectivités ; mainmise alourdie de la Métropole et du SCOT en révision, dans le cadre de la mise en œuvre de "l’Acte 3 de la décentralisation", et à travers une "gouvernance" anti-démocratique poursuivie ; etc., etc. Il y faudrait, localement, des orientations autrement plus précises, fermes et décidées.
Mais qu’on se rassure. Un délégué de Campbon, élu sur une liste qui se réclamait publiquement et dans la presse à la fois du "centre" et de la "gauche", celui-là même qui, il n’y a pas si longtemps, au cours du précédent mandat, pointait du doigt le président aujourd’hui réélu, en lui intimant l’ordre de démissionner, est devenu lui-même vice-président ! Alors, la cohabitation communautaire semble avoir de beaux jours devant elle.
Mais, nous en reparlerons.
Source : Ouest-France et Presse Océan du 19 avril 2014

1 commentaire:

  1. Je partage cet avis, ce genre de pratique en dit long sur l'intérêt particulier de certain il s'agit clairement "de petits arrangements entre amis" et que penser effectivement du fait que Mr Chauveau président par chance ou par... propose au poste de 10 ème vice président B.Herrero de Campbon il y a de quoi être perplexe, à suivre...c'est en tout cas quelque soile bord gauche ou droite l'électeur qui est déconsidéré.

    RépondreSupprimer