jeudi 14 novembre 2013

Chapelle-Launay : affluence à la soirée consacrée aux "fusillés pour l’exemple"


Mercredi 13 novembre à la salle culturelle de la vallée à la Chapelle-Launay, environ soixante personnes ont participé à une soirée débat, organisée par la municipalité, sur les fusillés pour l’exemple pendant la guerre de 1914-1918.

Présentée par Jean-Claude Bonhomme, conseiller municipal chargé de l’animation du groupe de travail d’histoire locale et animée par Roger Lepeix coordinateur du collectif de la région nazairienne pour la réhabilitation, la soirée a débuté par la projection du film documentaire d’Alain Moreau et Patrick Cabouat "Fusillés pour l’exemple" (Programm 33, 2003). Ce film s'attache à évoquer quelques épisodes précis : les six de Vingré, les quatre caporaux de Souain, une exécution en Belgique et les mutinés de Craonne. Y interviennent les descendants des fusillés qui, sur les lieux de l'exécution, retracent le déroulement des faits. Avec émotion, certains relisent à voix haute les dernières lettres des condamnés. A Craonne, le maire montre les lieux exacts des affrontements et fait revivre la cruauté des combats et le désespoir des soldats, qui finiront par se révolter.


Il donne aussi la parole au général André Bach, chef du service historique de l'armée de terre et des archives du Fort de Vincennes, qui a pu conduire une étude exhaustive sur le sujet, poussé, explique-t-il, par la volonté d'éclaircir une réalité alors fortement polémique, suite à l'hommage rendu par Lionel Jospin aux fusillés pour l'exemple, à Craonne en novembre 1998 et parce que lui-même avait été révolté dans sa jeunesse par la découverte de ces épisodes. Il éclaire la chronologie et le contexte des faits, relayé par Nicolas Offenstadt, historien universitaire, spécialiste des pratiques de la guerre et de la paix du Moyen Âge à l'époque contemporaine, auteur, entre autres, des "Fusillés de la Grande Guerre" et de "La Mémoire collective".

Après la guerre, dès le début des années 20, des familles (et notamment des veuves, comme la veuve Maupas) vont obtenir la réhabilitation de certains fusillés, après qu’ils aient eu à subir honte et déshonneur. Leurs démarches seront alors soutenues par les ligues de droits de l'homme et les anciens combattants (dont l’UNC, récemment créée), qui s'attacheront à défendre la mémoire des fusillés.

Après que Roger Lepeix ait longuement évoqué l’activité du collectif nazairien pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple, et que Jean-Claude Bonhomme ait décrit le travail en cours aux archives municipales et départementales sur les Poilus de la Chapelle-Launay, le débat avec la salle a permis ensuite d’aborder de nombreuses questions : le rôle de l’État-major et des cours martiales dans les condamnations ; la démission du pouvoir politique au début de la guerre ; les aléas récents de la cause de la réhabilitation, à travers les déclarations successives de L.Jospin (1998), N.Sarkozy (2008) et F.Hollande (2013) et la nécessité de distinguer les "fusillés pour l’exemple" de 1914-1916 des "Mutins de 1917", en replaçant les divers cas dans le contexte du mouvement historique du déroulement de la guerre, du pacifisme (J.Jaurès) à l’Union Sacrée et au "grand tournant" du printemps 1917.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire