mercredi 19 juin 2013

La lutte contre les tarifs des transports urbains enflamme le Brésil


Environ un million de personnes sont descendues dans les rues simultanément dans 12 villes et capitales différentes du pays, le 17 Juin, le mot d’ordre du "Mouvement billet libre", « Si le tarif ne baisse pas, la ville va s'arrêter " s'est avéré n’être pas seulement un slogan.

Le Brésil s'est arrêté. Environ un million de personnes sont descendues dans les rues simultanément dans 12 villes et capitales d’État différentes du pays lundi dernier, le 17 Juin.
Une autre surprise a été que, au moins à São Paulo (SP), pour la première fois, le nombre de cas confirmés dans un événement annoncé par Facebook a été pratiquement identique avec celui des gens comptés dans les rues. Sur les 285.000 qui avaient dit qu'ils allaient participer à la cinquième action contre la hausse des tickets, 250.000 personnes sont descendues dans les rues. Le cortège, qui a quitté le Largo da Batata (SP), à un moment donné, a été subdivisée en trois colonnes principales. La plus grande a suivi l’avenue Brigadeiro Luiz Antônio au centre Paulista, parcourant en tout 9 km. Une autre a marché vers le Palais Bandeirantes, siège du gouvernement de l'État, tandis qu'une troisième s’est dirigée vers le siège de siège du réseau TV Globo à Brooklyn.

Aux cris de « Quelle coïncidence, pas de police, pas de violence », « Brésil, nous allons te réveiller, l'enseignant est meilleur que Neymar" et "Descendez dans la rue, c’est être contre l'augmentation", les manifestants du plus grand cortège ont défilé le long d'un chemin sans qu’une voiture de police n'ait été aperçu. La même chose s'est produite avec les hélicoptères des chaînes de télévision qui n’ont étrangement pas survolé la manifestation. Il n'y avait qu'un hélicoptère de la police.

Danger conservateur

Initialement, les médias ont fermement condamné les manifestations, qualifiés comme de jeunes vandales et ont noté la présence d'une classe moyenne sans aucune raison de se révolter. Peu à peu, surtout après les actions brutales de la police de São Paulo qui a blessé huit journalistes et des centaines de manifestants, la presse a commencé à montrer de la sympathie et a tenté de contaminer le mouvement avec leurs propres revendications, tels que la condamnation de "mensaleiros" le rejet de la violence et PEC 37 urbain.

Le commentateur de Rede Globo, Arnaldo Jabor, a été l'un des premiers à condamner l'action de "vandales", mais une semaine plus tard il a fait marche arrière et a dit qu'il avait tort. Ils ont défendu les jeunes et les bannières parlant de la question de la corruption et de la vitesse de la PAC. D'autres commentateurs conservateurs tels que Luiz Felipe Pondé également commencé à montrer de l'intérêt pour le soulèvement de la jeunesse. Sa propre revue VEJA en a fait sa couverture avec une suggestion pour les prochaines étapes de la « révolte de la jeunesse » - la corruption et la violence urbaine.

Les membres du "mouvement pour le tarif zéro" ont manifesté leur inquiétude à l'inclusion des thèmes défendus par les conservateurs. Pour eux, cela ne peut qu’affaiblir la lutte pour la révocation immédiate de l'augmentation des tarifs. En fait, dans les manifestations de Sao Paulo, quelques-unes des lignes directrices préférées par les médias ont défilé dans les rues, comme la réduction de l'âge de mandat judiciaire et l'arrestation de "mensaleiros" [corrompus], bien que dispersées parmi une majorité qui criait pour la réduction tarifaire et même montrait des signes d'opposition aux médias. Certains manifestants, percevant déjà la réalisation de cette manœuvre pour détourner une action de protestation légitime en action dépolitisante comme la lutte « contre "la corruption », de lutte pour « les droits » et que le Brésil s’est enfin "réveillé", portaient dans le même temps des phrases comme «Si vous vous êtes réveillé maintenant, sachez que la périphérie n'a jamais dormi » ou « Sachez qu’il y a des Brésiliens qui sont éveillés depuis longtemps ».

L'estimation de 250.000 à São Paulo seulement est encore faible. Habitué à d’autres couverture de marche, comme celle du MST (Mouvement des Sans-terre), de Goiania à Brasilia en 2005, qui a vu la participation de 12 mille personnes, un reporter de Brésil de Fato estime qu’un cortège de 15 mille personnes atteint une longueur d'environ de 9 km. La marche qui a couvert la largeur de la place Largo da Batata à la fin de l'avenue Brigadeiro Luis Antonio, jusqu’à venir à Paulista (un parcours de 9 km) avait au moins 20 rangées de personnes (parfois 30, d'autres 20). Lorsque l'on considère un instantané photographique déjà complètement plein il y aurait 300.000 personnes. Considérant que cette voie n'a pas été remplie complètement d'un bout à l’autre l'instant d'une photo, nous prenons également en compte les deux autres colonnes qui sont dirigés pour le Palais Bandeirantes et devant le réseau Globo. Une mer de gens qui occupaient les Marginal Pinheiros et le Pont à haubans. Par conséquent, sans crainte de se tromper,  il y avait dans les rues au moins 250.000 personnes, uniquement à São Paulo.
Une vidéo produite par TV Folha montre des images aériennes de la protestation à Sao Paulo, le lundi 17.

Rio et Brasilia

A Rio de Janeiro (RJ) les manifestations comptaient plus de 150 mille personnes. Pour protéger l'Assemblée législative de l'État de Rio de Janeiro (ALERJ), des fusils et des pistolets de la police militaire utilisés contre des personnes.
À Brasília (DF), 5000 jeunes ont occupé la dalle du Congrès. Outre São Paulo, Rio et Brasilia, il y avait des manifestations dans les capitales suivantes: Belo Horizonte, Fortaleza, Victoria, Maceió, Belém, Salvador, Curitiba, Porto Alegre et Recife.
De telles manifestations simultanées avec ces chiffres n'ont pas eu lieu dans le pays depuis le mouvement qui a renversé Fernando Collor en 1992.
Aux protestations contre la hausse des tarifs d'autobus se sont ajoutées celles contre les dépenses et de critique et des aménagements promus par l'épreuve test Coupe des Confédérations de la Coupe du Monde 2014.
Dans plus de 27 villes dans le monde, des manifestants se sont tenues en solidarité avec les mouvements du Brésil et de la Turquie - qui passe par un point de résistance dans le carré Gezi à Istanbul.

D’après Brasil do Fato

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire