lundi 11 mars 2013

Municipales 2014 : une nouvelle donne se dessine


Les prochaines élections municipales se dérouleront dans un an, les 9 et 16 mars 2014, avec celles des délégués communautaires par fléchage. Les cantonales, rebaptisées "départementales", et les régionales sont, quant à elles, reportées en 2015.

Pour toutes les communes de 500 à 3500 habitants, le gouvernement socialiste a substitué le scrutin de liste, qu'il juge plus clair, au scrutin uninominal. Un projet de loi, adopté en conseil des ministres le 28 novembre 2012, avait prévu d'abaisser ce seuil 1000, et le débat parlementaire au Sénat l’a descendu à 500 habitants.

Les candidats au mandat de délégué communautaire et de conseiller municipal figureront sur une seule et même liste. Cette liste devra respecter strictement la parité hommes – femmes.

Les premier(e)s de la liste auront vocation à siéger au conseil municipal de leur propre commune et au conseil communautaire de Loire et Sillon, tandis que les suivant(e)s ne siègeront qu’en conseil municipal de leur commune.

Si ce nouveau mode de scrutin se confirme comme c'est probable en débat parlementaire à l'Assemblée, il n’y aura donc plus de panachage, plus de candidature isolée ni de raturage et l’ordre de présentation des candidats ne pourra pas être modifié.

Le scrutin combinera à la fois le mode majoritaire et le mode proportionnel. En effet, la liste qui aura obtenu la majorité absolue au premier tour (ou qui sera en tête au second tour) obtiendra d’office la moitié des sièges, les autres sièges étant répartis à la proportionnelle en fonction du nombre de voix obtenues par chaque liste.

Au second tour, seules les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés pourront se présenter. Des listes pourront fusionner entre elles, à la condition qu’elles aient obtenu au moins 5 % des suffrages et que l’une d’entre elles en ait au moins obtenue 10 % pour se maintenir.

De nouvelles règles qui devraient à tout le moins, à gauche, corriger les vieux rêves d’hégémonie hors de saison et freiner les tentations nouvelles de domination au détriment des autres ? Et plaider, au contraire pour un rassemblement dès le 1er tour de toutes les composantes de la gauche, respectueuses de leurs différences, pour faire front uni à la droite dans un canton et dans des communes majoritairement à gauche à tous les autres scrutins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire