mardi 19 février 2013

Le périurbain, un territoire à l'abandon ?

Lu dans L'Elu d'aujourd"hui, magazine de l'ANECR, association nationale des élus communistes et républicains.
N°388, février 2013, p.34

Bon titre, mauvaise illustration (comme souvent la proche banlieue pavillonnaire de Paris ! Rien à voir avec le périurbain lointain et.ou provincial), "chapeau" ambiguë, mais bonne conclusion, quoique très prudente, au conditionnel : "les intervenants du colloque ont relevé un constat souvent fait d'un espace au bâti sans qualités, parce que sans architecte ni urbaniste, sans réelle urbanité ni aménités, aux liens sociaux faibles et labiles où se développerait l'entre-soi ségrégatif ou le repli contraint. Cet espace serait celui de l'impuissance politique que renforceraient l'émiettement communal et l'inconstance électorale. Cette impuissance alimenterait parfois un vote d’extrême droite. Le périurbain, nouvelle terre de mission pour une reconquête progressiste ?"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire