lundi 19 mars 2012

La Loire-Atlantique, département numérique

La Loire-Atlantique, département numérique : ce sera une réalité d’ici 2015 avec un plan départemental d’investissement de 27 M€ voté par l'assemblée départementale ce lundi 19 mars.

 

Qu'est-ce que l’aménagement numérique du territoire ?
Un schéma départemental pour réduire la fracture numérique
  • combler les inégalités d’accès au numérique
  • mais aussi préparer la transition vers le très haut débit dans l’ensemble du territoire.

Tout le monde n'utilise pas internet de la même façon et n'a pas les mêmes besoins. Mais la tendance est là : les besoins de transmission numérique de plus en plus performante commencent à se faire sentir, en milieu rural comme en milieu urbain. L'accès au haut débit est donc devenu un enjeu majeur de l'aménagement du territoire.
Avant même de penser au très haut débit, les connexions haut débit doivent être accessibles au plus grand nombre. Or si la Loire-Atlantique présente aujourd’hui une couverture Internet complète des équipements de l’opérateur historique, un peu moins de 1 % de la population n’a pas accès à un débit minimal de 512Kb/s et  8,7 %  ne bénéficient pas du haut-débit (débit minimal de 2Mb/s).
Au-delà des particuliers, c’est également le développement économique de la Loire-Atlantique qui est concerné.  La possibilité de communiquer et d’échanger en temps réel avec ses clients et fournisseurs est un enjeu économique fort qui peut conditionner l’implantation d’activités économiques sur un territoire.
Pour éviter que cette fracture numérique ne se renforce, et garantir au contraire à tous les citoyens et toutes les entreprises un accès aux outils de communication souhaités, l’action publique est devenue indispensable
C’est dans ce cadre que le Département de Loire-Atlantique entend tout mettre en œuvre à travers le Schéma départemental d’aménagement numérique (SDAN) pour:
Et parce qu’il entend remédier rapidement à cette situation, le Département s’engage à apporter 18 M€ sur les 27 M€ nécessaires à l’atteinte des objectifs annoncés du SDAN.
Le projet porté par le Département prévoit à ce stade la montée en débit de 159 sous-répartiteurs par le déploiement de fibres optiques. Cette solution garantira un débit minimal de 2Mb/s à toutes les lignes raccordées (90 000 lignes concernées), mais la plupart d’entre elles verront leur débit augmenter bien au-delà, au niveau du très haut-débit.
En matière de très haut débit, le Département propose également de déployer dès 2012 quelques plaques de très haut débit en fibre optique. Cela constituera un test pour le déploiement progressif du très haut débit à compter de 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire