mardi 10 janvier 2012

Loire et Sillon : pour un débat communautaire ouvert

Comme la presse l’a bien souligné, les diverses cérémonies des vœux municipaux dans les huit communes de Loire et Sillon ont été l’occasion donnée aux maires de s’exprimer, au-delà des seules questions communales, sur leurs prises de positions concernant la communauté de communes.

Hier soir à l’occasion de la cérémonie des voeux municipaux, le maire de Savenay, André Klein, et le président de la communauté de communes, Alain Chauveau, se sont livrés à un curieux numéro de duettistes. Laurel et Hardy ou plutôt Chevalier et Laspales. Ceux, nombreux qui y étaient peuvent en témoigner : le premier a interpellé le second pour qu’il s’exprime sur l’actualité communautaire. Question : “On a un problème en Loire et Sillon”. Réponse : “y’en a qu’ont essayé d’y répondre” !
Or, une telle expression publique de son président au nom de Loire et Sillon  et des huit maires sur des problèmes de fond est assez rare pour souhaiter que le texte exact de son intervention soit communiqué à l’ensemble des conseiller(e)s communautaires. C'est la moindre des choses.
Désormais, le débat communautaire languissant, à huis clos, sur les seules " compétences", parait dépassé, avant d'être terminé, par des prises de positions publiques divergentes des uns et des autres sur la question piégée du "périmètre".
C’est pourtant là une illustration parfaite de la “démocratie confisquée” pratiquée au niveau communautaire. On voudrait la montrer qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Car, on l'entend bien dans les propos du président, seul(e)s comptent maires et vice-président(e)s en bureau communautaire. Les conseillers communautaires sont ramenés à un rôle de “délégués” et réduits au rang de potiches décoratives, de "bénis oui-oui" - comme disait De Gaulle - qui n’ont pas véritablement droit à la parole publique sur ces sujets.
L'adhésion au Pôle métropolitain a été à l'occasion évoquée, y compris par la conseillère générale, mais sans aucune réserve ou restriction. Pourtant, au dernier conseil communautaire de 2011 à Bouée, il avait été admis que cette adhésion devait être assortie d'un texte du conseil communautaire faisant état d'une dizaine d'interrogations légitimes à ce sujet. 

Rappelons les :

1 - Questions d’identités ; l’identité métropolitaine ne doit pas occulter celles des communes, patrimoine historique plus que bi-séculaire, ni celles des intercommunalités en cours d’émergence ;
2 - La contribution à l’attractivité de la métropole ne peut se réduire à celle des deux agglos centrales, notamment au plan touristique ;
3 - Le périurbain, fruit de l'étalement urbain en cours, doit être envisagé dans toutes ses caractéristiques et ses conséquences;
4 - La mixité sociale et générationnelle n’est pas assez prise en compte, ni d’ailleurs seulement citée dans ces documents ;
5 - Les disparités et fractures territoriales bien réelles et qui se creusent, comme, par exemple, les fractures numériques ancienne (ADSL, non résorbée, des années 2000) et nouvelle (très haut débit, câblage par fibre optique, des années 2010)
6 - Le développement durable ne peut se limiter à la préservation et à la protection des espaces ruraux et "naturels" des périphéries métropolitaines;
7 - Le développement économique, mieux équilibré, sans hiérarchie d’échelle ni hégémonie centrale, doit faire toute leur place, non seulement à l’industriel, au tertiaire, à l’artisanal, mais aussi à la logistique et au résidentiel ;
8 - L’aménagement du territoire métropolitain doit se faire dans un portage mieux coordonné des projets structurants de l’ État ("virgule ferroviaire" de la Chapelle-Launay*), de la Région (PME, pôle d'échanges multimodal de Savenay), de la Métropole (Ecocité) et du Département (zone d'activités d'intérêt départemental : ZID/Ecospace) ;
9 - La "gouvernance" métropolitaine - comme d'ailleurs intercommunale en général - doit être moins technocratique et/ou managériale, mais beaucoup plus transparente et véritablement démocratisée, ne serait-ce que par l'association des "petits" élus locaux, non pas en fin de course d'un projet, mais à chacune de ses étapes.
 
J'avais suggéré en ce sens la mise en place d'un petit groupe de rédaction pour ce texte, constitué d'un(e) membre par commune. Il n'en est plus question, et ça ne figure même pas à l'ordre du jour du conseil communautaire de ce soir, mardi 10 janvier, à Savenay.
Or, plus le temps passe, moins ces "réserves" auront d'écho, et alors ceux et celles qui, comme moi, ont voté l'adhésion au pôle métropolitain à cette condition se sentiront bel et bien floué(e)s.

* Sur la "virgule ferroviaire de Savenay" ( en fait à la Chapelle-Launay ! ), lire : "Le port de Nantes/Saint-Nazaire prend les commandes de son réseau ferroviaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire