mardi 8 novembre 2011

Loire Atlantique : « Territoire en haut débit ? »


Lu dans Loire-Atlantique, le magazine du Département, N°108, novembre 2011, p. 16-17 (extraits)

À l’heure où l'internet joue un rôle central dans nos vies, son accès est devenu un facteur d’égalité sociale et un moyen privilégié pour pallier la carence de services publics de proximité en zone rurale. Pourtant, on constate sur l’ensemble du territoire de très fortes disparités d’accès à l'internet, notamment haut débit.

Le numérique, une des clés de l’aménagement du territoire ? Sans doute, au point que la technologie fait partie des facteurs incitant les entreprises à s’installer sur un secteur donné (…) Il est aussi facteur d’égalité sociale, notamment au regard de l’accès aux services publics. Dans certains pays, comme en Estonie, en Suisse, en Finlande, l’accès à l'internet haut débit est même devenu un “droit fondamental”, garanti par la loi. (…)

Les routes du futur

Malgré les efforts financiers consentis, 63 zones d'ombre sont toujours identifiées en Loire-Atlantique. Or les supprimer n’est pas chose facile : 5 700 lignes ne sont pas éligibles à l'ADSL. Plusieurs scénarios techniques sont envisagés pour mettre fin à cette fracture numérique. Des solutions de montée en débit grâce au “DSL amélioré”, c'est-à-dire la modernisation du réseau téléphonique de France Télécom, peuvent être mises en place à court terme pour homogénéiser l’accès au haut débit de qualité par l’ADSL. Il est également envisagé d'amener tout de suite la fibre optique dans les zones les plus mal desservies, pour un coût beaucoup plus important.
Pour compenser ces inégalités territoriales, le Département a lancé un schéma départemental d'aménagement numérique [SDAN]. Analyse et anticipation des besoins, évaluation des coûts d'investissement pour un aménagement total du territoire, calendrier... Toute cette réflexion est menée en coopération étroite avec les communautés de communes, le syndicat départemental de l'énergie de la Loire-Atlantique, la Région et l'État.

Une ambition, un coût

Mais, déjà, une nouvelle rupture technologique s'annonce avec l'arrivée du très haut débit, via la fibre optique. Le risque d'une seconde fracture numérique, se cumulant à la première, se présente sur le territoire.
L’ambition portée par le schéma départemental propose trois dates clés :
-          apporter un haut débit de base supérieur à 2 Mb/s pour tous les foyers situés dans des zones mal desservies d’ici à 2014 ;
-          apporter un haut débit de qualité supérieur à 8 Mb/s pour les entreprises d’ici à 2014 ;
-          et apporter le “très haut débit” supérieur à 100 Mb/s dans les principales zones d’activités et autres sites identifiés comme prioritaires d’ici à 2015.
Pour déployer un réseau en fibre optique vers tous les abonnés du département, il faudrait investir 530 millions d'euros. Le coût à la prise est très élevé en secteur rural. 50 % des investissements se concentrent sur 20 % des habitants (...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire