jeudi 4 août 2011

Gilberto Gil aux Escales de Saint-Nazaire : ambassadeur des musiques du Nordeste




Une vidéo, réalisée "ao vivo" dans le Nordeste du Brésil, avec les mêmes musiciens qu'aux Escales de Saint-Nazaire.
 - "Respeita Januario" - Luíz Gonzaga
- "O xote das meninas" - Luís Gonzaga et Zé Dantas (1953)
- "Eu so quero um xodo" - Dominguinhos


... et "Lamento sertanejo" par Gilberto Gil et Dominguinhos
Paroles de Gilberto Gil, musique de Dominguinhos
"Por ser de lá
Do sertão, lá do cerrado
Lá do interior do mato
Da caatinga do roçado.
Eu quase não saio
Eu quase não tenho amigos
Eu quase que não consigo
Ficar na cidade sem viver contrariado.

Por ser de lá
Na certa por isso mesmo
Não gosto de cama mole
Não sei comer sem torresmo.
Eu quase não falo
Eu quase não sei de nada
Sou como rês desgarrada
Nessa multidão boiada caminhando a esmo."
 

Le baião, musique du Nordeste



"Je savais que la musique était ma langue; que la musique m'emmènerait pour apprendre le monde, me ferait connaître d'autres pays. Parce que je croyais en la musique de la terre et la musique du ciel." Gilberto Gil, quand il était enfant dans la campagne de Bahia, courait après les premiers sons de la clarinette de l'orchestre venu célébrer une fête religieuse dans la ville. Et il s'est produit un moment magique: il sut que la musique était sa langue. Bien que G.Gil ait, depuis toutes ces années, choisi de travailler surtout la guitare, ses premiers pas en musique, inspirés par la radio et les groupes locaux, et surtout par Luiz Gonzaga le pionnier du baião, s'accompagnent à l'accordéon.

Gilberto Gil dédie son dernier album, et son spectacle en tournée mondiale, au baião. C’est un genre musical de la région du Nordeste du Brésil avec des influences musicales asiatiques, africaines ou indiennes. On doit son format moderne - et sa propagation - au célèbre compositeur, accordéoniste et chanteur Luiz Gonzaga, qui lui donne ses lettres de noblesse en tant que genre à part dans la hiérarchie musicale du Brésil.

Associé au trio tambour/triangle/accordéon, le baião exprime intimement le mode de vie du Nordeste; il fournit ainsi le fond musical des fêtes catholiques en juin (São João), et des bals populaires, sous le nom de forró.

Le chemin suivi par G.Gil en développant sa propre façon - unique - pour exprimer la vie et la culture brésiliennes est un long voyage, un parcours au-delà de la samba traditionnelle, de João Gilberto, père de la Bossa Nova, du mouvement Tropicalia, d’Hendrix, des Beatles, de l'exil londonien epndant la Dictature militaire (1964-1985), et du Reggae jamaïcain : une réinvention à l'infini du Soi et de la musique du Brésil. Porté par la voix de Gilberto Gil, le baião a donc repris le chemin de l'Europe avec des sons de 2011.

"Fé na festa"
"Doué d’un étonnant polymorphisme musical, l’ex-ministre de la culture brésilien Gilberto Gil revient, sur Fé Na Festa, à ses premières amours : les fêtes de juin, les rythmes et la culture nordestine qui ont bercé son enfance et façonné ses débuts artistiques. Les 13 titres, sur lesquels plane l’ombre tutélaire du mentor Luis Gonzaga, comportent une majorité de compositions inédites, qui fleurent bon les dimanches à la campagne, la joie de vivre, en toute simplicité. Les deux pieds dans le forró, oreilles flattées par l’accordéon, le violon, le zabumba et le triangle, ce disque, sans être révolutionnaire, titille sérieusement les hanches. Un opus sans prétention, qui montre que les plus grands peuvent revenir à de petits bonheurs. Assez jouissif !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire