lundi 27 juin 2011

Selon OF du 27 juin : "Le futur syndicat aéroportuaire divise les élus" de Loire et Sillon

 L'article de Ouest-France :
"À l’ordre du jour du dernier conseil communautaire, l’adhésion au syndicat mixte aéroportuaire a provoqué un débat. Robert Gouin (Campbon) a pris la parole pour expliquer la position des élus qui doutent de la pertinence de la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il a précisé que personnellement il voterait contre l’adhésion au syndicat.
Jacques Dalibert (maire de la Chapelle-Launay, élu qui doute) a lui opté pour un vote positif, « l’adhésion permettant aux élus locaux de suivre l’évolution du dossier au plus près ». Jean-Yves Martin (La Chapelle-Launay) a justifié son vote pour l’adhésion en déclarant : « Il n’y a rien de pire que la politique de la chaise vide ». Quant au coût de l’adhésion, une simulation situe celle-ci aux environs de 8 000 € pour Loire et Sillon. Une majorité s’est finalement dégagée pour l’adhésion (une voix contre et quatre abstentions).
Conformément aux statuts, La communauté de communes sera représentée par son président Alain Chauveau mais il fallait élire un suppléant. La candidature d’André Klein (maire de Savenay), vice-président en charge des Affaires économiques a été proposée par le bureau communautaire, « sans mon approbation » a précisé Jean-Pierre Maisonneuve (maire de Campbon). « Je suis candidat pour défendre les intérêts économiques de la communauté de communes » a déclaré André Klein. Claire Tramier (Lavau-sur-Loire, élue qui doute) a posé sa candidature « afin de suivre au plus près le dossier et de pouvoir diffuser l’information ». André Klein a été élu par 22 voix contre 13 à Claire Tramier et 3 abstentions."




Un "mauvais casting à gauche"
La communauté de communes de Loire et Sillon CCLS est sollicitée pour adhérer au syndicat mixte pour la réalisation de l’Aéroport de Notre-Dame des Landes. Malgré certains combats d’arrière garde aux arguments douteux, le débat Pour ou Contre l’aéroport est bien clos. Sa réalisation étant entamée, pour les élus locaux l’heure n’est plus à « douter de sa pertinence », mais à s’informer et réagir aux impacts territoriaux d’un grand projet structurant régional. C’est pourquoi l’adhésion de la CCLS au syndicat - à une très large majorité - est une bonne chose, s’agissant de la seule compétence générale études et non pas du financement de sa réalisation. Même dans ce cadre limité, toute politique de la chaise vide, de boycott, ne serait assurément pas la meilleure.
Étrange attitude cependant de la part d’une certaine gauche communautaire, que de présenter unilatéralement comme suppléante au titulaire de droit(e) président de Loire et Sillon – fut-ce au nom de la "parité", de la "diversité", de la "solidarité" et de la "transparence" - celle qui fut déjà suppléante du seul candidat à la cantonale de mars ayant fait de l’opposition à l’aéroport son cheval de bataille dans la campagne. Et qui s’est maintenu au second tour contre une autre candidate de gauche. Comprenne qui pourra, mais erreur de casting qui n’est certainement pas de nature à rassembler la gauche locale et conduit, au contraire, à conforter la majorité communautaire de droite. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire