dimanche 9 janvier 2011

Quoi de neuf en périphérie urbaine ?

Les auteur affirment d’emblée que les périphéries urbaines constituent des « laboratoires de l’urbain », au sens où s’y sont déplacés les enjeux de connaissances et d’action. Ce vieux problème des périphéries "sous condition urbaine", exigent selon eux l’ouverture de nouveaux chantiers. Or, « au fil des mobilités résidentielles, du vieillissement et de l’ancrage des populations, ces espaces peuvent être confrontés à de nouveaux problèmes, ou au contraire faire l’objet d’un investissement constructif par les habitants ».
Par exemple, la question des politiques locales de gestion des mobilités périurbaines fait apparaître que les collectivités périphériques affichent une stratégie d’aménagement locale d’autant plus complexe que la taille de la commune est importante. Par ailleurs, le renouvellement urbain et la densification des centres-bourgs montrent que « ces pratiques importées des politiques urbaines ne sont pas simplement transposées, mais incorporées dans l’ancien centre-bourg et appropriées par les élus locaux. Cependant, ces démarches innovantes en ces lieux rencontrent fréquemment des réactions d’opposition de la population en place, voire d’une partie des élus, en raison du changement de la physionomie et du paysage hérité des centres-bourgs ». Mais, indiquent-ils, « en matière de pratiques et de gouvernance, des effets de frictions émergent, entre les statuts préexistants et des usages nouveaux des espaces de périphéries ». Cependant, « les frictions entre intérêts divergents peuvent être limitées par une association du public très en amont des programmes d’urbanisme ».
Face au « vertigineux chantier ouvert par les dynamiques des périphéries urbaines », les auteurs souhaitent que leurs contributions donnent matières à penser et matières à débats. Ces derniers doivent être, selon eux, nécessairement pluriels et ouverts.
Marc Dumont et Emmanuelle Hellier (dir.), Les nouvelles périphéries urbaines : formes logiques et modèles de la ville contemporaine, PUR, 2010, 218 p., 17 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire