mercredi 29 septembre 2010

"Solutions locales pour un désordre global"

Soirée Ciné-Débat
VENDREDI 15 OCTOBRE A 21H
 Cinéma le Victoria à Campbon
 "Solutions locales pour un désordre global "
un film de Coline Serreau

Avec la participation de :
Bernard JOCHAUD Association terre de liens
Christian BASTARD Marché la ruche à pain
Julien ORAIN Sillon bio Savenay

Organisée par Ecosoli en partenariat avec le cinéma Le Victoria

(2ème séance le Dimanche 17 octobre à 21H)


Plaidoyer pour un retour en avant

Après le film sorti sur les écrans en avril dernier, le livre. Coline Serreau publie Solutions locales pour un désordre global (1) dans la foulée de son documentaire écologiste et militant sur la sécurité alimentaire. Dans son livre, l’artiste nous livre les entretiens avec de nombreuses personnalités du monde entier qui ont servi de base au travail de la cinéaste. De Claude et Lydia Bourguignon, un couple de scientifiques spécialistes de microbiologie des sols, en passant par le pionnier de l’agriculture biologique, Pierre Rabhi, ou la militante féministe, Antoinette Fouque, jusqu’aux responsables du Mouvement des sans-terre brésilien, ces entretiens sont autant de témoignages à charge sur les ravages de la marchandisation de l’agriculture, qu’ils soient sociaux ou environnementaux. Tous font apparaître comment la mainmise des multinationales et des marchés ont contribué à changer la finalité de l’agriculture. Comment celle-ci a glissé petit à petit de nourrir les hommes à une course sans fin au profit. Comment les agriculteurs cessent d’être des paysans pour devenir des exploitants agricoles.
Le propos de Coline Serreau se veut ni culpabilisateur ni catastrophique. Certes rien n’est caché du péril alimentaire qui plane sur nos têtes. Mais l’auteur veut nous convaincre que nous avons la responsabilité de changer notre modèle agricole pour retrouver sa finalité perdue. Elle plaide non pas pour un retour en arrière mais « un retour en avant ». « Nous ne pouvons plus dépendre du bon vouloir des marchands et des politiques pour ce qui concerne notre survie », proclame-t-elle, en donnant à voir des solutions locales qui peuvent contribuer à « un nouveau paradigme ». Centré sur l’agriculture, le livre établit un parallèle émancipateur entre l’affirmation d’un droit à l’alimentation et le combat féministe. Au final, il nous interroge également sur le sens et la finalité du travail.

Pierre-Henri Lab dans l'Humanité

(1) Actes Sud, 21 euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire