dimanche 18 juillet 2010

Amour

En hommage à Bernard Giraudeau

         















Bernard Giraudeau présente "Cher amour" (édité chez Métailié) - cityvox
_____________________________________________________________

Une invitation au voyage*

Ce livre vaut bien mieux que son titre, un peu à l’eau de rose.
Tout commence par un aveu d’acteur, par le récit d’un trou de mémoire au théâtre de la Comédie des Champs-Elysées, qui montre que l’homme a ses failles. « Une désarticulation où j’ai perdu pied… Plus rien n’avait de sens sinon le regard terrifié de ma partenaire ».

Dès ce choc initial, l’écrivain s’adresse à une autre femme, belle inconnue et idéal amoureux, qu'il n'a pas encore rencontrée. Il lui parle de ses voyages, avec passion et un brin d’autodérision. De ses lectures aussi : « Je suis tout de même curieux alors j’ai commencé par lire ceux qui, comme moi, mais plus illustres, avaient essayé d’écrire au monde ».
Ecrit-il pour survivre ou pour la séduire ? En tout cas, il nous fait partager des expériences hors du commun. «  Déçu par le manque d’imagination des historiens, la pauvreté des détails, je décide tout à trac de vous écrire moi-même ce qui s’est passé afin d’être plus près de la vérité », dit-il. D’où une série de récits picaresques, cartes à l’appui, dans divers pays et continents du monde  De l'Amazonie au Cambodge en passant par le Chili, l'Indonésie ou Djibouti, il raconte des histoires extraordinaires, ainsi que des paysages et des vies quotidiennes. Il nous parle de ses expériences sur des tournages de film et de son travail d’acteur sur ses grands rôles successifs.
A la fin du livre, en quelques pages sobres et bouleversantes, il évoque ses graves maladies : « Je ne vous raconte rien de ces jours à l’hôpital, rien de cette longue convalescence… Oserais-je vous dire que la maladie sans l’amour, c’est déjà la mort. »
Au-delà de l’acteur populaire et séduisant, on découvre un homme profond et tourmenté, un écrivain qui nous embarque avec brio dans ses voyages réels et imaginaires.
Lecture d’un best-seller pour les vacances ? Sans doute, mais nullement honteuse. Car, à coup sûr, on sort grandi, heureux d’être le co-humain de cet homme talentueux.

B.Giraudeau, « Cher amour », Ed.Métailié, 2009, 270 p., 17 €

*Publié en juin 2009 dans les Nouvelles de Loire Atlantique n°874

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire