mercredi 30 août 2006

La Planète disneylandisée


Ce livre de Sylvie Brunel raconte un tour du monde en famille. « Avec enfants, bagages, agences de voyages et tracasseries que nous connaissons tous un jour ou l’autre, dans les aéroports en proie à la folie sécuritaire, les îles pas du tout désertes et les métropoles embouteillées. On y verra des geysers jaillir à heures fixes, des mondes "sauvages" entièrement recréés, des peuples authentiques cacher leurs téléphones portables pour jouer la comédie du parfait sauvage. Exotisme partout garanti ».
Sylvie Brunel, géographe connue pour son engagement humanitaire (ex-présidente d’ACF, Action Contre la Faim) et ses nombreux ouvrages de référence sur le développement et la coopération, nous livre ici un récit plein d'humour. 
D'une plume alerte et documentée, Sylvie Brunel décrit en géographe ce qu’elle appelle la « disneylandisation » du monde. Elle ne s'en offusque pourtant pas, bien au contraire. Parce que cette mise en tourisme de la planète est, elle au moins, une mondialisation pacifique et bienveillante, qui apporte, entre autres, des revenus considérables, même si  pour elle « il n’est pas certain que la disneylandisation offre une solution durable au problème de la pauvreté ».
Certes, dit-elle, « être qualifié de touriste est une injure » et « le touriste, c’est toujours l’Autre ! ». Soyons malgré tout « fiers de l’être, sans être dupes pour autant de la façon dont il façonne la planète ».
Ensuite parce que, sans le tourisme, beaucoup de lieux et d'activités seraient irrémédiablement condamnés à disparaître. « Le tourisme crée ainsi des lieux ou les sauve de l'oubli alors qu'ils étaient condamnés au déclin : Salvador de Bahia, comme Bruges ou Venise, bien qu'elles aient perdu leur fonction marchande, son devenues des attractions mondiales ; les marécages de Floride servent désormais de cadre aux plus grands parcs d'attractions du monde avec Disneyworld et Universal ; la Camargue et le littoral languedocien, zones répulsives et infestées de moustiques, ont été aménagés en hauts lieux touristiques. Mais c'est au prix, à chaque fois, de leur transformation en décors. La touristification modifie non seulement les paysages mais l'âme des lieux ».
Tel est le message de ce livre drôle et intelligent, qui allie de savoureuses chroniques vécues à une solide réflexion de fond.

S.Brunel, « La Planète disneylandisée, chronique d’un tour du monde », Ed. Sciences Humaines, 2006, 280 p., 14 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire